Créateurs d’applications tactiles et de solutions d’affichage dynamique

01 30 09 79 60

Histoire Digitale, Humour Digital #1: Les trois petites entreprises

16/02/2016

Il était une fois, il y a fort peu longtemps, trois petites entreprises.
Chacune d’entre elles, sur les conseils de leurs mères-grand, par ailleurs exceptionnellement modernes pour l’époque, avait décidé de passer le cap du digital, dans le but de répondre aux futures attentes des clients et d’atteindre celui qui habitait alors de l’autre côté de l’écran mystérieux : le grand méchant marché.
La première entreprise, décida de se mettre au digital par le digital. Elle se fit concevoir en externe une application, un site web responsive, et investit même dans des solutions SaaS de Big Data et SEO, grâce au célèbre prestataire Three Littles Pigs Solutions.
Pour autant, une fois le lancement de tous ces nouveaux outils effectué, les quelques retours qui parvenaient à l’oreille de l’entreprise restaient très mesurés. Désespérément trop mesurés…
Par une belle soirée d’automne, le marché avait pourtant aperçu son application. Par l’odeur alléché, il avait même voulu la gouter. Rapidement lassé, il avait délaissé la malheureuse pour retourner chercher du e-beurre et des e-confitures dans l’immensité du monde digital. La pauvre application se retrouva alors bien vite reléguée dans les obscures et oubliées caves des stores. La collecte de données et le référencement n’avaient pas abouti, et l’outil étant mal maitrisé par l’entreprise, toute adaptation était impossible…
La première entreprise n’avait pas réussi son adaptation digitale, et périt dans les premiers frimas de l’hiver. Le grand méchant marché, lui, était déjà bien loin, en route vers d’autres solutions.
La seconde entreprise avait, elle, adopté une vraie stratégie digitale. Elle avait alloué des ressources internes et externes pour que sa transformation soit la plus efficace et efficiente possible.
En faisant appel à des prestataires extérieurs, elle avait en effet pu développer les solutions technologiques les plus adaptées à ses besoins. Ses ressources internes lui permettaient d’accompagner le projet, et d’étudier les indicateurs et impacts d’éventuelles prises de risques. L’entreprise avait même su mettre en place des méthodes de travail efficaces afin de s’adapter le mieux possible aux attentes du grand méchant marché.
Cette seconde entreprise était très fière de sa transformation digitale, et avait d’ailleurs toutes les raisons de l’être. Toutefois, elle se rendit bien vite compte qu’autour d’elle pullulaient d’innombrables entreprises riches de ces mêmes atouts digitaux… Elle se retrouva noyée dans le grand méchant marché qu’elle ne put jamais, au grand jamais, atteindre complètement.

La troisième entreprise était une ancienne rivale de la seconde. Elle avait déjà expérimenté la transformation digitale et s’était aussi retrouvée noyée dans une diversité d’applications et de services en tous genres.
Mais, ne voulant se contenter d’une petite part du grand méchant marché, elle avait décidé de tout recommencer en se différenciant. Après tout, le grand méchant marché était connu pour son appétit, il suffisait de se mettre à son goût et de tirer la chevillette pour que la bobinette cherre !
Toujours grâce à des méthodes innovantes, comme le Design Thinking, et des process agiles et bien huilés, elle parvînt à identifier et à créer des solutions digitales parfaitement adaptées à ses clients et correspondant au mieux à ses ambitions… tout en développant de manière cohérente ses projets digitaux multiplateformes et en fournissant ses informations au bon endroit, au bon moment et à la bonne personne !
Cette fois, l’entreprise laissait une impression singulière, différente, à travers une donnée que nul n’avait prise en compte auparavant: l’émotion. Chacun le sait, le grand méchant marché reste avant tout un animal solitaire bien malgré lui, en quête permanente d’affection…Depuis sa création, l’entreprise jouissait en effet d’une très bonne image de marque. Ses clients s’étaient toujours reconnus dans ses signes et ses valeurs.

Pourtant, si elle avait constamment tenu compte de l’attachement émotionnel des clients à la marque lors des diverses bouleversements qui avaient émaillé sa croissance à travers les années, elle n’avait pas su retranscrire ce sentiment lors de sa première tentative de conversion digitale, efficace, mais alors mystérieusement inadaptée. Ce fut seulement grâce à l’union de ses ressources internes, de précieux conseillers et d’efficaces intégrateurs qu’elle pût transformer cette image digitale en une image digitale adaptée : l’emotionnal digital-branding avait fait son effet.

Le grand méchant marché, tout heureux de retrouver les marqueurs de son ancienne entreprise dans ses solutions digitales n’eut plus eu besoin de comparer. Il était simplement comblé d’avoir enfin sa Marque Digitale. Et tant pis pour le e-beurre et les e-confitures

Digitalisons, d’accord, mais avec émotion !

Contactez-nous